DPE selon la méthode des factures : Comment ça marche ?

Diagnostic immobilier Ain

La méthode des consommations réelles, dite méthode « des factures », s’applique pour les logements construits avant 1948, les appartements équipés de systèmes de chauffage et de production d’eau chaude collectifs et les bâtiments tertiaires.

Pour estimer la performance éner-gétique, le diagnostiqueur se base sur les factures d’énergies pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire. Il doit pour cela avoir en sa possession au minimum les factures de la dernière année et jusqu’aux trois dernières années. Ces factures doivent être exprimées en kWh (généralement en kWh PCS), m3, tonne ou stère, en fonction du type d’énergie utilisée.

En présence d’un chauffage collectif, le diagnostiqueur doit obligatoirement disposer de la facture d’énergie globale pour ce bâtiment, fournie généralement par le syndic.

Lorsque le DPE est réalisé à l’immeuble, cette consommation est convertie en kWh d’énergie primaire, puis ramenée à la surface totale du bâtiment. Lorsque le DPE est réalisé pour un appartement de l’immeuble, les factures globales du bâtiment sont rapportées aux tantièmes du lot concerné.

Estimation de la consommation

Les factures fournies sont ensuite compilées et moyennées sur une année. Le diagnostiqueur convertit ensuite les kWh PCS en kWh PCI, puis en énergie primaire, et enfin la rapporte à la surface chauffée afin d’obtenir la consommation en kWhEP/m2/an (kilowatt-heure d’énergie primaire, par mètre carré et par an), ce qui donne le classement énergétique.

Les kWhEP/m2/an sont également convertis en euros en utilisant le tarif des énergies mis à jour régulièrement par arrêté. A la consommation s’ajouteront les coûts éventuels des abonnements.

Dans le cas où les locaux seraient équipés de plusieurs systèmes de chauffage ou de production d’eau chaude, l’ensemble des factures doit être pris en compte, même si plusieurs types d’énergie différents sont employés.

Le kWh PCS :

Le pouvoir calorifique supérieur (PCS) donne le dégagement maximal théorique de la chaleur lors de la combustion, y compris la chaleur de condensation de la vapeur d’eau produite lors de la combustion.

Le kWh PCI :

Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) des combustibles est exprimé en kilowatt-heure. Il exclut de la chaleur dégagée la chaleur de condensation de l’eau supposée restée à l’état de vapeur à l’issue de la combustion.

Le kWh d’énergie primaire (kWhEP) :

L’énergie primaire prend en compte la dépense faite lors du transport, raffinage et distribution de l’énergie consommée.

Le passage des consommations finales à la consommation d’énergie primaire se fait sur la base des facteurs de conversion suivants :

- facteur 1 pour tous les combustibles (fioul, gaz naturel…)

- facteur 2,58 pour l’électricité, de façon à prendre en compte le rendement de production de l’électricité.

Le transport n’est pris en compte pour aucune des énergies.

Estimation des émissions de GES

Pour calculer les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES), il suffit d’appliquer le coefficient de conversion défini pour chaque type d’énergie à la consom-mation finale de cette énergie.