Le diagnostic termites

  • Accueil
  • /
  • Diagnostics immobiliers
  • /
  • Le diagnostic termites
Diagnostic immobilier Ain

Le diagnostic termites consiste à repérer dans un immeuble les termites et les autres insectes xylophages grâce à un examen visuel et un sondage des bois.

L’objectif du diagnostic termites est d’identifier les zones infestées et de protéger les acquéreurs et les propriétaires d’immeubles contre les termites et autresinsectes xylophages.

Le diagnostiqué devra déterminer si le bien immobilier est en proie à une infestation, identifier les zones touchées et éventuellement les types de parasites présents dans ce bien.

Dans les zones délimitées par arrêté préfectoral, le vendeur doit annexer à l’acte authentique un diagnostic termites datant de moins de 6 mois conforme à un modèle établi par un arrêté établissant le modèle de rapport et le protocole de réalisation.

Les autres altérations biologiques des bois œuvrés dans la construction (champignons et insectes à larves xylophages) y sont signalées dans le rapport de diagnostic termites.

Description des dégâts

- Exclusivement sur les essences résineuses.

- Portent sur les bois mis en œuvre (exemple : éléments de charpente comme les pannes, les chevrons…).

- Galeries circulaires et parallèles au fil du bois.

- Des irrégularités à la surface de l’ouvrage en bois.

- Vermoulures formant des cylindres ou de minuscules tonnelets.

- Trous de sorties ovales : 6 à 10 mm.

- Petits bruits (crépitement).


*Sous réserve de modifications 

Comment la recherche de termites dans l’habitat est-elle effectuée ?

En pratique le diagnostic termites consiste à :

- Examiner visuellement toutes les parties visibles et accessibles des locaux.

- Rechercher la présence ou des indices de présence d’insectes (cordonnets, termites, dégâts…) sur les sols, murs, cloisons, plafonds et l’ensemble des éléments en bois.

- Rechercher et examiner des zones propices au passage et au développement des termites (caves, vides sanitaires, zones de branchements d’eau, gaines et autres câblages, ventilation, joints de dilatation…).

- Sonder l’ensemble des éléments en bois et examiner la charpente et ses éléments.

Les règles élémentaires de prévention dans l’habitat

L’efficacité des traitements en matière de lutte contre les termites est limitée.

Le traitement curatif reste relatif et provisoire.

C’est pourquoi, au-delà de l’aspect chimique du traitement, il est indispensable de prendre des mesures préventives liées à l’entretien de l’habitat notamment en effectuant le diagnostic termites d’EX’IM.

Des gestes simples pour limiter l’infestation de l’habitation

À l’intérieur de l’habitation :

- Faire traiter régulièrement les planchers, les poutres, les portes et tous les autres ouvrages en bois.

- Aérer les caves et les vides sanitaires.

- Ne pas stocker du bois contre les murs extérieurs de l’habitation.

À l’extérieur de l’habitation :

- Eviter les encombrements dans les caves, bûchers et appentis (planches, palettes en bois, cageots, bois de chauffage, détritus de végétaux…).

- Éviter la multiplication des arbres à proximité de l’habitation.

- Déraciner les souches et les arbres morts à proximité de l’habitation.

Les espèces d’insectes xylophages : Les termites

Au même titre que les fourmis, les termites sont des insectes sociaux qui vivent en colonies.

Il existe dans le monde des milliers d’espèces de termites (de la famille des Isoptères).

Les dégâts occasionnés peuvent être importants et mettre en péril, en fonction du degré d’infestation et du type d’espèce, la solidité de l’immeuble.

Les termites sont divisés en plusieurs castes : les ouvriers, les soldats et les reproducteurs.

Ce sont les ouvriers qui assurent les besoins alimentaires de la colonie : ils vont récolter la cellulose qui se trouve principalement dans le bois, le carton, le papier.

En France métropolitaine, on rencontre 6 espèces de termites qui s’attaquent aux bois mis en œuvre dans les habitations :

- Reticulitermes flavipes (santonensis) ou termites de Saintonge qui vivent en Gironde jusqu’au Pays basque, Charente Maritime, Bretagne Sud, Normandie, la Vallée de la Loire et la région parisienne.

- Reticulitermes grasseile ou termites des Landes, vivant principalement dans les massifs forestiers d’Aquitaine et de Charente Maritime.

- Reticulitermes banyulensisle ou termites de Banyuls qui vivent dans la région du Languedoc Roussillon.

- Reticulitermes urbis, espèce récente dans le paysage biologique français et découverte en zones intra urbaines dans le sud-est de la France (de la région de Marseille à l’Italie).

- Reticulitermes lucifugus ou termites des forêts côtières provençales (Var, Alpes Maritimes).

- Reticulitermes lucifugus corsicus, termites endémiques de la Corse.

Morphologie

Couleur : blanchâtre
Taille : environ 8 mm

Les termites ne doivent pas être confondus avec les fourmis même s’ils vivent en colonie et sont organisés en castes.

La morphologie des insectes diffère selon les castes de la façon suivante :

- Les termites reproducteurs (seuls dotés d’ailes).

- Les ouvriers en charge des besoins alimentaires de la colonie.

- Les soldats qui défendent la colonie sont dotés d’imposantes mandibules.

Description des dégâts

- Dégâts sur toutes les essences de bois (feuillues et résineuses).

- Présence sur les murs de cordonnets et/ou galeries tunnels.

- Minuscules orifices noirs à la surface des papiers peints et des plâtres.

- Ouvrages en bois à l’aspect feuilleté.

- Vermoulures sous formes de grains.

- Dégâts sur les livres et le papier

La petite Vrillette (Anobium punctatum)

- Larves

Longueur : 5 à 7 mm.
Couleur : blanc.

 - Adultes  

Longueur : 2,5 à 7 mm.
Couleur : brun foncé.
Apparition : mai à septembre.
Durée de vie : environ 3 à 4 semaines.
Cycle évolutif de l’insecte : 1 à 4 ans en fonction des facteurs climatiques.

Description des dégâts

- Dégâts sur toutes les essences résineuses et feuillues.

- Les meubles, papiers et livres.

- Les bois mis en oeuvre (exemple : les marches d’escaliers, portes, etc.).

- Galeries circulaires identiques à la dimension des trous de sorties dans le sens du fil du bois.

- Irrégularités à la surface des ouvrages en bois.

- Vermoulures granuleuses et en gouttes d’eau.

- Trous de sorties circulaires : 1 à 3 mm.

La grosse Vrillette (Xestobium rufovillosum)

- Larves

Longueur : 6 à 11 mm.
Couleur : blanc laiteux avec pilosité importante.

 - Adultes  

Longueur : 5 à 7 mm.
Couleur : brun foncé.
Apparition : avril et mai
Durée de vie : 9 semaines.
Cycle évolutif de l’insecte : 1 à 4 ans.

Description des dégâts

- Essences feuillues et résineuses.

- Bois mis en oeuvre exposés à l’humidité et attaqués par les champignons lignivores.

- Galeries circulaires identiques à la dimension des trous de sorties.

- Irrégularités à la surface de l’ouvrage en bois.

- Vermoulures granuleuses et en lentilles.

- Trous de sorties circulaires : 3 à 4mm.

Le Capricorne des maisons (Hylotrupes bajulus)

- Larves

Longueur : jusqu’à 25 mm, forme très cylindrique.
Couleur : blanc crème.
Forme : cylindrique

- Adultes

Longueur : 10 à 20 mm.
Couleur : noir ou brun.
Apparition : juin à août.
Durée de vie : 3 semaines pour le mâle et 2 semaines pour la femelle.
Cycle évolutif de l’insecte : 3 à 5 ans.